Blog

< Retour aux articles

Ubérisation du logement & plateforme communautaire : Air BNB à l’assaut des JO

L'uberisation du logement



Paris sera la ville d’accueil des Jeux olympiques de 2020. Cette nouvelle ne peut que réjouir les acteurs économiques, tout comme les propriétaires de logements qui y voient la perspective de juteuses affaires. Article rédigé par Caroline Phillips

 

La location d’immeubles, un business qui peut rapporter

Toute ville qui accueille et organise les Jeux olympiques n’ignore pas les retombées positives de cet évènement sur son économie. Les particuliers propriétaires de logements proches ou aux alentours des sites prévus pour les épreuves sont déjà transportés à l’idée de pouvoir proposer en location leur résidence à prix fort. Ils n’ont peut-être pas tort, car lors des jeux de Rio, les structures hôtelières ne pouvant répondre à la demande, le coût des logements via Airbnb était des plus exorbitants. Les prix sur les différents sites avaient aussi grimpé pendant l’Euro 2016. Comme les propriétaires de logement n’ignorent pas que, par souci d’économie, les amateurs de sports préfèreront la location aux nuitées des hôtels, ils n’hésiteront pas à faire monter très haut la barre. Toutefois, Airbnb optant pour la prudence a déjà conseillé aux membres de sa plateforme de ne pas exagérer leurs prix pour la simple raison qu’ils risqueraient de n’avoir aucun client.  

Airbnb fait les yeux doux à la France

Dans une lettre adressée au Président de la République française, Brian Chesky, directeur général et un des fondateurs de cette entreprise, s’appuyant sur le slogan #madeforsharing, assure qu’Airbnb est disposée à contribuer à l’accueil des milliers de visiteurs attendus pour les Jeux. Cette plateforme communautaire, un peu à l’image d’un réseau social, met en contact les particuliers en quête de chambres ou d’appartements à louer pour une ou plusieurs nuitées, avec d’autres membres de la plateforme qui peuvent en offrir. Comptant sur le sens de l’hospitalité français et fort de son expérience lors des Jeux olympiques de Rio et de l’Euro 2016, Airbnb avance des arguments de taille. D’abord, les hôtes, en aidant les visiteurs à mieux connaître la ville et profiter de ses multiples attraits, feront prospérer différents commerces. Ensuite, des foyers parisiens, en touchant jusqu’à « 97 % du prix de la location » auront leur part dans la manne apportée par les Jeux olympiques. Enfin, Airbnb pense que sa proposition allégerait les investissements qu’il faudra faire en matière d’infrastructures d’accueil.

Y aurait-il un problème ?

Airbnb fait partie de ces start-ups qui ont vite monté grâce à l’ubérisation, ce système nouveau de transaction qui commence à s’étendre sur divers secteurs d’activités. Elle a été lancée par une société, Uber, qui propose un service de transport avec chauffeur aux personnes qui en cherchent. Les avancées du numérique ont surtout contribué à l’essor de l’ubérisation, maintenant considérée comme une véritable menace par les acteurs agissant dans le même secteur d’activité. Les chauffeurs de taxi, contraints de se soumettre à plusieurs réglementations pour pouvoir exercer leur métier, hurlent à l’injustice, les hôtels classiques accusent Airbnb de concurrence déloyale, car elle ne règle pas les taxes, comme doivent le faire les hôtels dans certaines localités. L’Administration française a dû édicter des mesures fiscales à l’encontre des « loueurs de logements » de plus en plus nombreux sur la plateforme. Enfin, lors des Jeux olympiques de 2012 qui se sont tenus à Londres, les particuliers qui mettraient en location leur logement sur Airbnb se verraient infliger une amende de 23 000 euros. Le gouvernement français va-t-il interdire la location par le biais de Airbnb, emboîter le pas à l’Angleterre, ou prévoira-t-il des mesures moins sévères ?

On en parle ? Contactez PIC DIGITAL au +33(0)970408864 

TOP