Blog

< Retour aux articles

Le projet Loon de Google

Le projet Loon de Google a été lancé dans le but de permettre à toutes les zones du monde encore privées d’internet de pouvoir se connecter. Cette couverture réseau sera assurée par des ballons qui vont dériver dans la stratosphère.

 

En quoi consiste le projet Loon ?

En théorie, il existe dans le monde des « zones blanches » qui n’ont pas accès à Internet. La population mondiale privée de connexion est estimée à près de 4 milliards d’individus. Afin de couvrir ces zones, Google s’est associé au CNES pour mettre en œuvre le projet Loon. L’objectif semble irréaliste puisqu’il consiste à se servir de ballons stratosphériques en guise de relais. Autrement dit, un signal va être envoyé vers les ballons, à partir du sol. Il sera relayé entre les ballons pour être renvoyé à la fin vers le sol. Les téléphones et les antennes installées à l’extérieur pourront le capter à condition de se doter de la technologie Long-Term Evolution (LTE). 
 

Des ballons de dernière génération pour accéder à Internet

Le choix du géant américain de collaborer avec le Centre National d’Etudes Spatiales n’est pas dû au hasard. Le CNES dispose d’une expertise certaine dans le domaine d’envois de ballons. Dans le cadre de ce projet, les relais seront constitués de ballons gonflés à l’hélium. Ils seront alimentés avec des panneaux solaires et permettront aux zones concernées de bénéficier d’une connexion similaire à celle d’une 3G. Pour réduire les risques de perturbation, les ballons vont être déployés entre 18 à 20 km d’altitude. Des données seront recueillies afin d’aboutir à la conception d’une nouvelle génération de ballons destinée à constituer la flotte.
  

Une opportunité de croissance pour Google

C’est au sein du laboratoire de recherches de technologies de ruptures, Google-X, que le projet Loon a vu le jour. Il ne s’agit pas là de la seule recherche initiée par l’entreprise en vue de connecter le monde entier. En effet, avec la société Titan Aerospace, des drones solaires sont aussi au programme. Ils permettraient à la fois de se connecter, mais également d’alerter la population en cas de catastrophes naturelles. Si près de 2/3 de la population de la planète espère tirer profit de ces projets, le plus grand gagnant serait incontestablement Google qui verrait son chiffre d’affaires croître au rythme de l’étendue de cette couverture et du nombre d’internautes qui en découle.  

 

Le projet Loon a pour vocation de révolutionner l’accès à l’Internet. Malgré son envergure et son objectif ambitieux, des essais ont déjà été lancés en Nouvelle-Zélande. D’ici la fin de la décennie, les zones blanches comme certaines régions de l’hémisphère sud pourront se transformer en zones connectées, et ce, grâce à un anneau de couverture de 80 km déployé par Google à travers cette partie du globe.
TOP