Blog

< Retour aux articles

Des yeux bioniques pour 2017 ? Oui c'est possible

Les non-voyants, et particulièrement ceux qui ont perdu la vue à la suite d’une rétinite pigmentaire, ont désormais raison d’espérer recouvrer partiellement la vue. La découverte de l’œil bionique permettrait à ces personnes d’être plus indépendantes et de mieux vivre leur handicap.


Les non-voyants, et particulièrement ceux qui ont perdu la vue à la suite d’une rétinite pigmentaire, ont désormais raison d’espérer recouvrer partiellement la vue. La découverte de l’œil bionique permettrait à ces personnes d’être plus indépendantes et de mieux vivre leur handicap.  

L’œil bionique, cette liaison parfaite entre le corps et la machine

Dénommé « Ocumetics Bionic Lens » par son concepteur le docteur  Garth Webb, un optométriste canadien, l’œil bionique consiste en l’implant de lentilles plus ou moins similaires à celles employées dans la chirurgie de la cataracte. L’opération est indolore et rapide puisqu’il suffit de 8 minutes pour injecter la prothèse pliée, qui se met elle-même en place. L’ « Argus II Retinal Prosthesis System » est un dispositif constitué de lunettes dotées d’un capteur d’images, tout comme une caméra miniature. Celles-ci sont d’abord retransmises aux lunettes sous forme d’impulsions électriques. Les informations sont ensuite envoyées à la prothèse implantée dans l’œil du patient. Le nerf optique de celui-ci, stimulé par les petites impulsions électriques  lui permettra de reconnaître certaines données visuelles. Après l’intervention, le patient devra suivre des séances de rééducation, car son cerveau devra apprendre à interpréter les données qu’il perçoit. 
 

Les yeux bioniques, pour une vision parfaite de la vie

L’un des premiers patients à avoir bénéficié de la prothèse rétinienne, aux Etats Unies, aurait retrouvé la vue à 55 ans, après avoir vécu en aveugle durant presque toute sa vie. Une personne, après avoir reçu son implant, a déclaré que, même si elle ne recouvrait pas la vue à 100%, elle serait ravie de pouvoir discerner ses petits-enfants gambader à travers la maison. Un Hollandais aurait pu se remettre au tir à l’arc avec une cible réglée. Un des premiers opérés dans la Gironde, espère qu’après quelques mois de rééducation, il pourra se promener sans sa canne, dans son quartier. Dans tous les cas, l’efficacité du procédé dépend de la durée de la rééducation et de la persévérance du patient à la suivre.
Pour le moment, cette technologie révolutionnaire est encore réservée pour les patients souffrant d’une rétinite pigmentaire très avancée, qui empêche leurs deux yeux de percevoir la lumière. Mais on espère qu’elle ouvre la voie aux recherches pour le traitement de la DMLA  ou dégénérescence maculaire liée à l'âge.
 
Actuellement, dans le monde, très peu de personnes bénéficient encore de cette technique, et le coût de l’opération s’élèverait à environ 96 000 euros. La société de Garth Webb, la Ocumetics Technology Corp, après les tests des lentilles sur les animaux et sur les hommes, espère obtenir l’autorisation de leur lancement au Canada pour l’année 2017.
 
TOP